De l’électricité à Antintorona

Projet de pico-centrale hydroélectrique dans un village de Madagascar

C’est où ? C’est qui ?

Antintorona est un village côtier sur l’île de Nosy Komba situé au nord ouest de Madagascar.

Les 300 habitants vivent modestement de la pêche, de la culture de bananes, café, poivre vanille, cannes à sucre,

etc...

Pas d’électricité et l’emploi de lampe à pétrole est la seule source de lumière.

Quel objectif ?

Pourvoir en électricité surtout en éclairage (lampes économiques) 65 maisons et 2 écoles.

La production de glace, le fonctionnement du moulin à grain, de pressoirs à canne ou de couveuses pour poussins, électrification d’un atelier sont également envisagés.

Ce projet s’inscrit dans la poursuite du développement général du village. Une équipe italienne déjà présente depuis plusieurs années a construit 2 écoles et assure le minimum pour ce qui est de la santé et des soins dentaires. L’implantation de structures associatives et le développement du commerce sont des points visant l’autonomie du village.

L’électricité est un des facteurs pouvant conduire à la réussite du projet.

Comment atteindre cet objectif ?

Il ne s’agit pas d’une installation " clé en main " simplement financée de l’extérieur. Les habitants vont aider à la réalisation du projet. Une société constituée localement va en assurer la gestion. Une ou deux personnes parmi les plus démunies se verront rémunérées pour assurer la maintenance de l’installation. Les familles raccordées seront taxées à la hauteur des frais engendrés actuellement par les lampes à pétrole. L’expérience montre qu’ en impliquant ainsi les villageois, on assure la pérennité maximale de l’installation.

Qui va payer ?

Les 3 axes de financement prévus sont les suivants :

  1. Autofinancement par les villageois
  2. Taxes et abonnements des utilisateurs.

Votre aide pour les gros postes que sont la turbine, la conduite forcée et la régulation électronique et qui doivent être commandés depuis l’Europe.

En concret  ?

Les bases du projet se fondent sur l’expérience d’une organisation anglaise MHPG (Micro Hydro Power Group) qui a réalisé plusieurs centaines de micro centrales dans des pays dits "en voie de développement", ( Asie, Afrique, Amérique du Sud).

La rivière devra être canalisée sur 350 mètres pour créer une chute d’eau suffisante à l’obtention d’une puissance électrique de 3 kilowatt env. Suivant des plans précis, le gros œuvre sera réalisé directement par les villageois. Même si une partie de l’équipement doit être fourni depuis l’Europe, la maintenance et la réparation de l’installation pourront complètement être effectuées sur place par des villageois formés à cet effet.

<< home     << adeve

Suivi des travaux

Eté 2004:

Claude-Alain entend parler de Stephano. Celui-ci, installé à

Antintorona sur l’île de NosyKomba à Madagascar essaye avec

l’aide des habitants de développer ce village de pêcheurs. Dans cette

optique, l’idée d’une mini-centrale hydraulique pour l’électricité

fait son chemin.

Automne 2004:

Claude-Alain va à Nosy Komba, il dessine une carte de l’endroit,

mesure le débit de la source d’eau et étudie la faisabilité du projet.

Hiver 2004-2005:

Le projet porte un nom Elec Antin et l’association ADEVE est crée.

Intéressée par le projet, une équipe technique se forme.

Un stand au marché tenu par les membres de l’association et leurs

enfants permet de récolter les premiers fonds.

Un dépliant de présentation est distribué ou envoyé.

Printemps 2005:

Le moteur assynchrone à 2 axes et la vanne à plateau sont reçus.

Juillet 2005:


Claude-Alain retourne à Antintorona, avec l’aide des habitants, ils

défrichent le tronçon qui recevra le canal d’amenée d’eau et la

conduite forcée. Lors d’une séance publique, il présente le projet au

villageois et pose les principes de l’association qui gérera la centrale.

Septembre 2005:


Une bonne partie des fonds nécessaires sont récoltés. Le régulateur

commandé en Angleterre est bien arrivé.

Octobre 2005:


Serge coule les 18 augets en bronze qui équiperont la roue.

Auparavant, il a du modifier son mélange, car des tests en laboratoire

ont montré que l’alliage prévu initialement était trop cassant.

Pascal met en service le site web.

Novembre 2005 :

Les augets sont coulés.


Charles passe à la réalisation de la turbine.

Claude-Alain polit les augets et commence à usiner les flasques

qui recevront les augets.

Décembre 2005 :

Le châssis qui portera le moteur et la turbine est terminé

Février 2006:

Serge a réservé de la place pour le bateau qui transportera

la turbine. Départ du matériel prévu pour le 30 juin.

Mars 2006:


Marco et son équipe ont confectionné le boîtier de protection

qui recouvrira la turbine.

Avril 2006 :

La roue est terminée, elle est si belle !


Sur place, Eric, un français qui offre son aide, fait le nécessaire pour

que l'achat et le transport de la conduite forcée puisse se faire

Le câble de distribution électrique est commandé

Mai 2006 :


Vincent en train d'usiner la buse (injecteur).

Claude-Alain va partir en septembre à Antintorona pour installer

la conduite forcée. Il y a quelques problèmes pour l'envoi de la turbine.

C'est très compliqué et nous n'avons pas encore la bonne solution.

Juillet 2006 :

Préparation à la caserne des pompiers de Renan


La puissance correspond à ce qu'on devrait trouver à Antintorona


Encore des tests


Septembre2006 :

Claude-Alain est à Madagascar, avec les habitants du village, ils

installent la conduite forcée, le bassin de prise d'eau et la cabane ou

sera installée la turbine.

Mai2007 :

Tout le matériel est préparé dans une caisse. Claude-Alain à enfin

réussi à trouver un bon moyen pour l’expédier à Madagascar par

container.

Juin2007 :

Nous apportons la caisse à Bulle(FR). Nous faisons connaissance de

Bernard qui réuni du matériel pour un hôpital de là-bas. Il reste une

petite place pour la caisse dans le container. C’est seulement dans 2 à

3 mois que le bateau arrivera au port deDiego.

Août2007 :

Les travaux avance là-bas! Claude-Alain, Serge et Pascal ont trouvé un

billet d’avion en vue de finaliser le projet sur place à partir du 16

octobre.

Octobre 2007 :

Sur place,Claude-Alain, Serge et Pascal testent la conduite forcée. Il y

a quelques poches d’air, il faudra prévoir des purges.

Malheureusement, le container reste bloqué à la douane et la turbine

ne peut pas être installé.


Mai 2008 :

Claude-Alain et Nathalie retourne à Antintorona. Avec l’aide des

habitants et d’Eric, la turbine est installée. Et la lumière fut !!


La conduite enfouie sous terre est tirée jusqu’au village


D’autres photos (format PDF)


Juin 2008 :

L’électrification des maisons continue, mais l’électricité n’est pas

encore distribuée. Stefano met en place un système d’actionnariat

avec 350 parts. Les villageois sont enthousiastes.


Juin 2009

Après une année de fonctionnement, un premier bilan peur être tiré.

Bien sûr, il y a eu quelques ennuis de jeunesse, notamment au niveau

du régulateur électronique qui a du être réparé. Le couvercle de

protection de la turbine s'est cassé au niveau des soudures. Il y a eu

aussi la tentation pour certains villageois de brancher un appareil trop

puissant. A part cela, chaque soir, les villageois peuvent bénéfinier

de la lumière pendant quelques heures. La nuit, la mini centrale sert

à l'alimentation de frigos en attendant la mise en service du

compresseur capable de fabriquer de la glace. Celui-ci sera

directement couplé à l'arbre de la turbine.


Octobre 2011

Claude-Alain, Serge et Pascal sont retourné à Antintorona afin de transporter les machines du projet ElecAntin. Ce fût aussi l’occasion de voir fonctionner la machine à glace «inventée » par Eric Rouen. Le compresseur est installé sur l’axe du générateur de la turbine. Beaucoup de maisons sont maintenant reliées au réseau électrique et il est très agréable de se promener le soir (dés 18h, il fait nuit) dans les allées éclairées.


Sefano et son équipe ont complètement refait la cabane qui abrite la turbine.

Bâtie à cheval sur la rivière, on y accède par un pont construit par la même équipe.

Le compresseur est simplement lié à l’axe de la turbine par un embrayage. Soit on produit de l’électricité, soit on fabrique de la glace.

Le compresseur produit une saumure à -20°C qui circule dans un tonneau isolé.

Les bouteilles sont remplies de l’eau de la rivière désinfectée par U. V.  puis sont trempées dans cette saumure et congèlent  en quelques minutes.



<< home     << adeve


Technique

Les aspects techniques (format PDF) sont détaillés



<< home     << adeve



Remerciements

Nous tenons a remercier chaleureusement tous ceux qui ont

soutenu ce projet. Ne pouvant évidemment pas nommer chaque

généreux donateur, voici tout de même la liste des

entreprises qui nous ont donné un solide coup de main.

A La Chaux-de-Fonds

Roxer S.A.

Danzinelli tôlerie

Augburger chauffage

Houriet microtechnique

Unielec électricité

Fonderie Blondeau

Journal l’Impartial

A Renan (BE)

Froidevaux S.A.

Les sapeur-pompier

A Bulle (FR)

Distillerie Bernard Rime


<< home     << adeve